Beaune Grèves 1er Cru 2018 Jacques Prieur

Bourgogne

Blanc

Apprenez-en plus sur le Beaune Grèves 1er Cru - 2018.
Un 1er Cru acidulé et croustillant proposé par l'équipe de Spirit & Wine.

Domaine Jacques Prieur | 13° alcool | 75cl


ATTENTION : Les photos sont non contractuelles ! Pour connaître les millésimes et formats en cours, veuillez vous référer à la rubrique "Disponibilités" présente un peu plus bas.

À savoir : Dû à l'éclairage naturel lors des photos produits, la couleur réelle de la bouteille peut légèrement varier en fonction des clichés. 

Profil Aromatique

Robe verte argentéeEpicé avec un parfum de pain briochéAttaque croustillante et finement épicée, puis acidulée avec des arômes de citron. Finale sapide et minérale

Accords mets vin pour

Poissons GrasFruits de merFromages doux

Domaine : Jacques Prieur
Région : Bourgogne
Type : Vin blanc
Millésime : 2018
Appellation : Beaune 1er Cru contrôlée
Cépages : 100% Chardonnay
Température de service : 11-12°C
Apogée : 2022 à 2029
Allergènes : Présence de sulfites

Un sol argilo-calcaire avec prédominance de grèves (petits cailloux) et de sable contenant de la silice, qui favorise la chaleur et la propagation de la lumière. Les vins sont identifiables par leurs côtés fins et fruités.

“Une belle parcelle qui surplombe les faubourgs de Beaune.”

“Tous les records fléchissent devant ce millésime”

Faible pluviométrie - Ensoleillement exceptionnel - Température supérieure de 2°C. 

Avec des températures élevées et un bon ensoleillement, la pousse de la vigne est fulgurante. 

Les conditions climatiques quasi tropicales (chaleur et pluies) font de juin un mois clé dans le développement de la vigne. En effet, en seulement 3 semaines, on passe de fin de fleur à fermeture complète de la grappe et la pression du mildiou est de plus en plus présente. 

En juillet, les très fortes chaleurs et l'ensoleillement annoncent un début de véraison dès la moitié du mois.  

La première partie d’août connaît des températures très chaudes, ce qui vient confirmer l’hypothèse d’un millésime 2018 précoce.

Les vendanges ont commencé le 29 août au domaine pour se terminer le 12 septembre.

Les vendanges sont faites à la main en petites caisses, puis les grappes entières passent dans un pressoir pneumatique. 

La fermentation alcoolique et l'élevage sont réalisés à 100% en fûts de chêne. 

La fermentation malolactique est réalisée à 100%.

Durée de l'élevage : 18 mois.

Un pari à haut risque

En 1879, lorsque Claude Duvergey met la main sur la propriété des “Herbeux” et se lance officiellement dans l’acquisition de terres à vignes, il fait alors un pari risqué avec l'arrivée du terrible phylloxéra, un insecte surnommé le “mal noir” venu tout droit d’outre-Atlantique et qui fait dépérir la vigne, réduisant considérablement la production de vin et la surface du vignoble. Heureusement, l'apparition du remède “la greffe” en 1886, consistant à associer des ceps français à des ceps américains qui sont naturellement protégés contre les phylloxéras, et ce, sans que la qualité en pâtisse, fera de lui un visionnaire.

Opération, trouver un héritier  

Sans héritier direct, c'est du côté de la famille de sa femme (Marie Taboureau) que Claude Duvergey va se tourner. C’est ainsi, qu'en 1891, Claude Duvergey et sa femme marièrent, Hélène Taboureau (nièce de Marie), à un jeune homme de bonne famille beaunoise, Henri Prieur, voyageur de commerce. Les deux tourtereaux bénéficiaient d'un contrat de mariage très avantageux incluant, certains biens, mais surtout la promesse d'un intéressement dans le commerce des Duvergey-Taboureau.

C’est de l’union d’Hélène et d’Henri que naquit Jacques Prieur, le 31 janvier 1893 à Meursault. Celui qui allait donner son nom au domaine un demi-siècle plus tard.

Disponibilités
64,70 €

Note de dégustation

Ce Beaune Grèves 1er Cru est doté d'une robe verte argentée. Son nez est légèrement épicé avec un parfum de pain brioché. L’attaque en bouche se montre d’abord croustillante et finement épicée, puis acidulée avec des arômes de citron. La finale est sapide et minérale

“Une pépite à déguster dans les six prochaines années !”

Présentation de René, notre Maître Caviste !

Domaine Jacques Prieur

L’histoire du Domaine Jacques Prieur débute le 24 février 1868 sur un heureux événement, le mariage de Claude Duvergey et de Marie Taboureau.

Suite à son mariage, Claude Duvergey, créé la Maison Duvergey-Taboureau, spécialisée dans le négoce de vins et d'eaux-de-vie.

C’est en 1879, que Claude Duvergey se lance dans les terres à vignes en entrant en possession de la propriété des "Herbeux" à Meursault, propriété qui fait actuellement partie intégrante du Domaine Jacques Prieur. Il continue son expansion jusqu’à sa mort en 1920, léguant l'ensemble de ses biens à Jacques Prieur, né en 1893 de l’union d’Hélène (nièce de Marie) et d'Henri Prieur (voyageur de commerce), qui donna son nom au domaine en 1956. Jacques Prieur décède en 1965 et son épouse en 1974, léguant la société à parts égales à leurs six enfants.

En 1988, 5 grandes familles se réunirent, parmi lesquelles la Famille Labruyère (entrepreneurs et viticulteurs mâconnais), dans l'objectif d'éviter une fuite du domaine vers des actionnaires étrangers.

De nos jours, la Famille Labruyère, soutenue par les héritiers de la Famille Prieur, lutte chaque jour pour défendre les couleurs des grands terroirs de la Bourgogne.

La Région Bourgogne

Le vignoble de Bourgogne, localisé en Bourgogne-Franche-Comté, s'étire sur 250 km, du nord de Chablis jusqu'au sud du Mâconnais. 

Bien que relativement modeste en surface et en volume, la Bourgogne est renommée pour la diversité de ses vins, considérés parmi les plus prestigieux au monde.

Avec 84 appellations d'origine contrôlée, dont 6 régionales, 45 communales et 33 grands crus, le vignoble bourguignon témoigne de son riche héritage et de sa grande variété. 

Avec une production 2/3 de vins blancs, 1/3 de vins rouges/rosés et le reste en crémants, les principaux cépages de Bourgogne sont le chardonnay et l’aligoté pour le blanc, ainsi que le pinot noir et le gamay pour le rouge.